La fiscalité de l’investissement locatif meublé

Fiscalité de l'investissement locatif meublé

L’investissement dans l’immobilier est fortement encouragé par l’État. Ainsi, il a mis en place de nombreux dispositifs de défiscalisation afin d’inciter les particuliers à louer des biens immobiliers dans certaines zones. Mais est-ce intéressant d’opter pour une location meublée ?

Location meublée : quelles sont les conditions ?

La location meublée séduit de nombreux investisseurs, car la rentabilité brute est très attractive, entre 15 et 25 %. Dans le cadre d’une location meublée ou nue, le contrat de bail est toujours obligatoire. Le contenu doit d’ailleurs être conforme au modèle type. De même, au moment de la signature, le bailleur est tenu d’annexer au contrat les résultats des diagnostics techniques (amiante, gaz, etc.). S’ils ne sont pas complets et à jour, le locataire est en droit de demander une annulation de la transaction ou une baisse de prix.

Par ailleurs, les loyers sont encadrés dans certaines zones. Afin d’éviter les mauvaises surprises, il est conseillé de jeter un œil sur les plafonnements. L’avantage ? Il est possible de louer son bien entre un et dix mois, contre 6 ans au minimum avec les locations nues. De même, la maison doit contenir au minimum tous les éléments qui permettent au locataire de vivre convenablement comme un lit avec couverture, des volets ou des rideaux au moins dans la pièce à coucher… il faut d’ailleurs dresser un inventaire du mobilier mis à la disposition des clients et faire un état des lieux au moment de la remise des clés.

Attention ! Vous êtes un loueur en meublé non professionnel ou lmnp si vos revenus locatifs ne dépassent pas 23 000 euros ou 50 % de vos revenus globaux. Cliquez ici pour en savoir plus

quelle est la fiscalité de la location meublée ?

Les loyers d’une location meublée sont classés dans la catégorie « bénéfices industriels et commerciaux ou BIC ». De la sorte, vous bénéficiez d’un régime qui permet de limiter l’imposition sur vos revenus locatifs. En effet, l’investissement lmnp en micro BIC vous ouvre droit à un abattement de 50 % sur les revenus locatifs bruts. En revanche, avec les BIC réels, les amortissements permettent de minorer le revenu locatif imposable. Dans cette seconde option, les travaux de remise aux normes, les charges de gestion, les honoraires de gestions, les intérêts des emprunts… sont déductibles de ces revenus. C’est un véritable plus. Dans le cas où vous confiez la gestion à un gestionnaire de biens, vous pouvez récupérer la TVA.

En outre, l’offre en location meublée est moins importante. Vous pouvez donc trouver facilement des locataires et éviter les vacances locatives trop longtemps. Et si votre bien est situé près des sites touristiques, vous pouvez profiter des hautes saisons pour booster vos revenus. Aussi, le loyer est plus élevé par rapport à une location nue. La hausse peut aller jusqu’à 30 % du loyer standard. Le rendement brut est donc plus élevé. Enfin, le risque d’impayé est réduit, car le dépôt de garantie s’élève à deux mois de loyer pour un appartement meublé et la durée de préavis du bailleur est limitée à 3 mois.

Comment réussir un investissement locatif meublé ?

A priori, vous devez déterminer vos objectifs, la localisation du bien recherché et la cible. Aussi, ne vous laissez pas séduire facilement par l’attractivité de certains quartiers. Vous devez vous informer sur la demande locative dans la région, selon le type de résidence. De même, ayez en tête que vous n’allez pas vivre dans ce logement. De ce fait, évitez les coups de cœur. La maison doit correspondre aux attentes des futurs loueurs et non aux vôtres. Ensuite, afin d’avoir la garantie de recevoir votre loyer, confiez votre bien à une société de gestion spécialisée sérieuse et reconnue.

Pour vous accompagner dans toutes les étapes de l’investissement locatif meublé, il est fortement recommandé de faire appel à un professionnel. Ainsi, vous bénéficierez d’un conseil patrimonial sur mesure. Attention ! Vous aurez besoin de toutes les factures pour effectuer la déclaration des revenus locatifs. Ces justificatifs sont indispensables en cas de contrôle fiscal.

Pour financer votre investissement, il ne faut pas hésiter à recourir à un crédit bancaire. Si vous avez une situation professionnelle stable et un bon dossier bancaire, vous avez des chances d’obtenir un prêt dont le montant peut aller jusqu’à 90 % du prix du bien que vous envisagez d’acquérir. Les intérêts seront d’ailleurs déduits de vos revenus.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *