Guide en ligne pour comprendre l’ouverture en photographie

comprendre l'ouverture en photographie

La photographie est une forme d’expression qui est à la fois simple est compliquée. D’abord simple, puisqu’elle autorise une certaine liberté dans la créativité. Chacun peut, suivant son inspiration, capturer des moments et des sujets comme bon lui semble. Elle peut aussi être compliquée puisque la maîtrise de certaines techniques est parfois nécessaire pour obtenir le cliché parfait. Ces techniques incluent entre autres le contrôle de l’ouverture.

La photographie : peindre avec la lumière

Depuis le développement des premiers appareils photo, le principe de la photographie est resté le même. Capturer la lumière sur un support pour faire apparaître la photographie. En argentique, la pellicule servait de support, et celle-ci a été remplacée par un capteur électronique photosensible dans la technologie numérique.

Que l’on débute ou que l’on soit aguerri, le plus important restera sans doute la composition pour obtenir une photo réussie. La composition n’est autre que le placement des personnes, des objets ou du paysage pris en photo dans le cadrage pour obtenir la photographie finale. Ensuite, pour servir cette composition, il est nécessaire de maîtriser l’exposition, c’est-à-dire la quantité de lumière utile pour former la photo. C’est cette quantité de lumière qui est réglée en manipulant l’ouverture du diaphragme photo. Mais l’ouverture du diaphragme permet également de contrôler la profondeur de champs. Bien entendu, il existe encore d’autres paramètres à tenir en compte pour obtenir une bonne exposition de la photo.

Comprendre l’ouverture pour maîtriser le flux de lumière

La lumière étant l’ingrédient principal pour obtenir la photographie, la gestion de la quantité de lumière reçue sur le capteur est cruciale. Lorsque la lumière est insuffisante, la photo qui en résulte sera dite sous-exposée, c’est-à-dire qu’elle sera trop sombre. Au contraire, avec une quantité trop élevée de lumière, la photo sera surexposée et les détails ne seront pas visibles. Dans les deux cas, la photo sera ratée. Une bonne ouverture photo apportera une quantité équilibrée de lumière pour réussir le cliché. L’élément central qui permet de contrôler la quantité de lumière entrant dans un appareil photo est le diaphragme. Il s’agit d’un assemblage de lamelles mobiles triangulaires formant un disque. En manipulant la bague de réglage, ou aussi un bouton de contrôle pour les systèmes électroniques, une ouverture circulaire se forme au centre du diaphragme. Cette ouverture appareil photo peut être plus ou moins grande, et elle permettra ainsi de laisser passer plus ou moins de lumière.  Sans entrer dans les détails des lois de physique qui régissent le diaphragme, il faut savoir que l’ouverture est indiquée sur nos appareils photo par un chiffre précédé de la lettre « f ». Vous pourrez ainsi lire soit dans le viseur, soit sur l’écran, une indication du type f2, f4,5 ou f11. Il faut retenir que plus le chiffre accompagnant le f est petit, plus l’ouverture du diaphragme est grande et donc plus il y aura de lumière. Ces mêmes inscriptions, lorsqu’elles sont marquées sur l’objectif de l’appareil photo, indiquent la plus grande ouverture dont l’appareil est capable.

Les effets de l’ouverture sur une photo.

D’un point de vue technique, avec l’ouverture du diaphragme, il faut également gérer le temps durant lequel l’appareil photo laissera passer la lumière. Cette fois, l’obturateur, qui est une sorte de rideau, se lèvera pour laisser passer la lumière, durant un temps déterminé. Le dernier facteur à considérer concernant la lumière sera la sensibilité du capteur de l’appareil photo. Pour les appareils argentiques, cette sensibilité sera fixe car elle correspondra à celle de la pellicule utilisée. Elle est par contre réglable sur les appareils numériques, et elle est couramment appelée sensibilité ISO.

De ces trois paramètres, l’ouverture influe directement sur l’esthétique et le rendu de la photo. En effet, c’est elle qui permet de contrôler la profondeur de champs. La profondeur de champ désigne tout simplement la zone de netteté apparaissant sur la photo. Ainsi, l’on pourra avoir une netteté parfaite sur l’ensemble du cadrage, comme sur les photos de paysage, mais l’on pourra également obtenir une zone nette à un endroit voulu, et une partie plus ou moins floue en arrière ou au premier plan. Cette technique est très utile pour mettre en valeur un sujet photographié, comme dans les photos de portrait. Cet effet de flou, appelé bokeh, est très recherché par certains photographes et les plus beaux effets sont obtenus avec des appareils et des objectifs permettant de très grandes ouvertures.

Publié le
Catégorisé comme Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *